Temporalité d'un carnet intemporel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Sam 14 Fév - 23:31

Enfin. Elle venait de faire un grand pas dans sa vie. La voici, jeune femme s'affirmant dans un monde dont elle croyait être exclue à jamais. La voici, Second des Bananas Pirates.
Assise dans le sable fin du Berceau de Sufokia à l'ombre d'un Palmito, Krystal regardait pensivement le carnet où elle avait pu consigner des bribes de son ancienne vie. Des moments de joie intense, de détresse maladive, de plénitude et d'insécurité s'enchaînaient sur les pages vieillies où les mots se mouvaient tels des serpents affamés. La disciple du Grand Chronomaître songea à tous ces moments passés dès sa sortie de l'enfance. Elle n'avait que dix-sept ans lorsqu'elle est devenue pirate. Ces trois dernières années l'avaient transformée.
Auparavant chétive et fuyant sans cesse le danger, Krystal lui faisait dorénavant face avec bravoure et détermination. L'intégrité de l'Équipage reposait entre ses mains, désormais.
La jeune disciple de Xélor laissa ses pensées voguer vers ses deux enfants et vers son époux, Caelius. Elle ne cessait de penser à l'homme qu'elle chérissait plus que tout au monde, à la fois avec la crainte qu'il ne lui soit arrivé malheur, la jalousie qu'elle éprouvait lorsqu'elle le savait avec d'autres femmes, la honte compassionnelle lorsqu'elle avait appris que les Sedli l'avaient renié, la colère ressentie à l'idée que celui dont dépendait la vie de Caelius n'était autre que cet irascible Second des Boucaniers Fantasques... Escobar Hillet.
La seule pensée de ce nom si détesté la ramena à la réalité, et elle constata qu'elle contemplait toujours le livret de pages jaunies à la couverture pourpre, seul souvenir de sa patrie natale, Brâkmar. Mais tout ceci était derrière elle, à présent. Krystal prit alors le carnet entre son pouce et son index, puis, claquant des doigts de l'autre main, laissa se matérialiser des petits chiffres romains incandescents. Aussitôt en contact avec la couverture du livre, ils y mirent lentement le feu. La jeune femme le laissa tomber dans le sable et regarda se consumer les restes de son ancienne vie, puis détourna le regard vers l'infinie étendue de saphir qui scintillait devant elle. Oui, elle était quelqu'un d'autre à présent.
Elle passa finalement une main dans son havre-sac, y fouilla quelques secondes, puis en ressortit un autre carnet flambant neuf, où la couverture de cuir finement ouvragée protégeait des pages de parchemin vierge. Krystal prit ensuite une plume et un encrier, ouvrit le carnet à la première page, puis en traça les premiers mots...


14 Flovor 972

Nouveau départ, nouveau journal. Jamais je n'aurais cru que ces trois dernières années me transformeraient autant. J'ai d'ors et déjà quitté le monde de l'enfance pour celui des adultes, et me voici mère par deux fois, mariée, et Second des Bananas... enfin presque.
Isho a laissé il y a quelques jours une lettre informant son absence pour une durée indéterminée et où il m'octroyait les pleins pouvoirs le temps qu'il revienne. Je suis donc sa voix en tant que Capitaine en Second. Je ne ferai aucune erreur. Le Capitaine m'a accordé sa confiance absolue, je ne dois pas le décevoir.

Aujourd'hui, j'ai demandé à voir Krokag afin de mettre les choses au clair avec lui. Je ne l'ai malheureusement pas vu, ayant eu un léger contre-temps... Arrivée sur les plages de Sufokia par bateau, je me fis surprendre par un garde qui devait me suivre depuis quelques temps déjà. Le bonhomme était un géant... deux kamètres de haut et des bras tellement musclés qu'ils tendent à exploser au moindre mouvement. Un Iop, un vrai.
Alors qu'il tentait d'aligner deux mots pour m'arrêter, je profitais que cet exercice lui demande un gros effort cérébral pour déguerpir. Il mit quelques secondes à comprendre que je me payais sa tête, avant de s'élancer à mes trousses... Par Xélor, je n'ai jamais couru aussi vite de ma vie ! Juste à temps, loué soit le Grand Chronomaître, je vis non loin des quelques bâtisses du Rivage Steamulant une arche penchée sur la route. Avec un peu de chance, je pouvais le semer.
Coup de maître, la structure de pierre n'était pas bien plus haute que moi. C'est donc avec un rire nerveux après avoir entendu le choc du crâne du Iop contre la pierre résonner au Rivage que je continuais à courir jusqu'au Fort Pirate, où personne ne pourrait plus m'y importuner.
... J'y arrivais enfin, mais avec plus d'une heure de retard, et en nage. Krokag n'y était certainement plus. Je n'aurai qu'à le convoquer un peu plus tard.

La jeune Xélor ponctua son récit d'un rire cristallin et sonore en se remémorant le visage hagard et ensanglanté du Iop, qui s'était étalé de tout son long en soulevant un épais nuage de poussière et de sable à cause du choc de sa tête contre la pierre d'une arche trop basse pour qu'il puisse y passer. Elle referma le carnet et rangea son matériel, avant de placer ses mains derrière sa tête, de se caler confortablement contre le tronc du Palmito, puis elle ferma les yeux avec un sourire aux lèvres.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Ven 20 Fév - 22:43

Cela faisait cinq jours que Krystal était partie à la recherche des disparus des Bananas Pirates. Un petit morceau de parchemin à la main où étaient noté les noms des sans-nouvelles, elle parcourut le Monde des Douze en long et en large, d'Astrub jusqu'à Frigost, dans l'espoir d'avoir des informations, et au mieux, de tomber sur l'un d'entre eux.
Ces terribles jours de suspense et de crainte se terminèrent enfin, et la jeune femme n'avait pu récolter aucune information sur les hommes qu'elle cherchait. Peut-être étaient-ils tous morts, car si information il n'y avait pas, c'est qu'homme recherché il n'y avait plus. Son voyage fut vain et Krystal se résigna à rentrer au Fort Pirate. Elle lut à voix haute le nom des sept hommes pour lesquels elle avait fait cette traversée du Monde des Douze ; Dokoh, Hal, Ozzy, Kléo, Eyst, Koshimo, Lucius. Elle avait connu chacun d'entre eux, et devait à présent déplorer leur disparition.
Elle fit s'embraser le parchemin entre son index et son majeur en ayant fait apparaître quelques chiffres romains incandescents, puis se posa au pied d'un arbre du Rivage Steamulant pour écrire quelques lignes dans son carnet.

20 Flovor 972

Ces cinq derniers jours ne furent guère fructueux en matière de recherches. Mais le voile est levé : nos disparus ne nous reviendront plus. J'irai faire mon rapport à Isho dès qu'il reviendra, s'il ne l'est pas déjà. La réunion de Dinsdor me fixera là-dessus.
J'espère que Dlave a bien fait ce que je lui ai demandé, et qu'il n'y a pas eu de problèmes durant mon absence. Ce n'est pas que je n'ai pas confiance en mes hommes, mais une situation qu'ils ne sauraient gérer seuls est si vite arrivée...
J'ai hâte de revoir mes Bananas et ma famille. Quoique, que dis-je... les Bananas sont ma famille.
J'espère avoir très bientôt des nouvelles de Caelius.

La jeune disciple de Xélor déplora le nombre insignifiant de lignes qu'elle avait pu écrire pour la journée, mais se rassura en se disant que les jours à venir allaient sans aucun doute être plus palpitants. Elle referma son carnet et rangea son matériel, avant de se relever pour faire le tour du Rivage Steamulant, magnifique paysage orangé à la lueur du soleil couchant.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Mar 24 Fév - 0:11

La veille, elle s'était laissée happer par le portail du Fort Pirate en direction d'Astrub, où son mari et elle possédaient une maison. Elle s'y rendit, puis se coucha aussitôt, fatiguée des émotions de cette soirée.
Krystal se réveilla le lendemain à une heure très avancée de l'après-midi, soupira en constatant que Caelius n'était, une fois encore, pas rentré de la nuit, et resta longtemps allongée en scrutant le plafond en se remémorant la soirée qu'elle avait passée en compagnie des Bananas. Un sourire naquit sur son visage encore marqué par le sommeil, et elle s'empressa de saisir son carnet et de quoi écrire avant d'oublier les quelques détails marquants de la veille.

23 Flovor 972

Quelle soirée mémorable que celle d'hier soir ! Si seulement les réunions du Dinsdor étaient toutes aussi animées...
Je suis arrivée en début de soirée au Fort, comme à mon habitude, et la première personne que j'eus croisée fut Krokag, cet Osamodas rouge recruté récemment. Il me confondit avec Dlave... certainement à cause de la capuche. Même si ce n'est pas la première fois que l'on me prend pour un homme...
Plus tard, presque tout le monde était là. Nous étions sept ou huit, je crois, et Isho était là. Pour la première fois, je suis allée visiter son bureau. Pour la première fois depuis mon retour, il me parla en tant que Capitaine à son Second, et non pas en tant qu'ami. Il m'informa de ses projets d'alliance à venir, de ceux qui avaient déjà pris forme, et puis d'une nouvelle guilde menée par deux traîtres que nous connaissons tous : Don' et Baoshi. Le duo infernal. D'abord interloquée lorsqu'il me dit qu'ils voulaient nous acheter une maison afin de signer un contrat d'alliance, je souris peu à peu lorsqu'il m'annonça avec son célèbre sourire en coin qu'il comptait tourner la chose autrement.

C'est ainsi que, sur les coups de 21h30, les rats pointèrent le bout de leur museau, l'air nonchalants et les bourses bien remplies. Isho donna ses ordres, et je me chargeais qu'ils soient respectés : rester à l'écart le temps qu'il traite avec les traîtres, puis intervenir au bon moment. Ce qu'ils ne se doutaient pas, c'est qu'Isho n'allait certainement pas les laisser vivre au Fort après ce qu'ils nous ont fait. Et notre Capitaine, après avoir soigneusement rangé les trois cent mille kamas dus dans son havre-sac, fixa Baoshi avec un sourire mesquin : "Tu ne croyais tout de même pas que j'allais te laisser acheter une maison ici !"
Ce fut son dernier ordre, celui que nous attendions tous : l'heure d'attaquer. Ni une ni deux, nous étions six sur Baoshi, qui n'eut pas le temps de comprendre ce qui lui arrivait. Nous l'avons frappé jusqu'à-ce qu'il en pleure, presque. C'était jouissif. Nous l'avons laissé gisant au sol, s'étouffant avec son propre sang, pendant qu'Isho mettait pacifiquement les choses au clair avec Don'. Le roublard fit boire à Baoshi une potion de rappel afin qu'il puisse quitter le Fort, avant de nous dire que des représailles n'étaient pas attendre.
Voilà donc une revanche de prise, et une bonne chose de faite.

Rien que de raconter cette soirée m'a redonné envie de dorm

La phrase s'arrêta net, puisque Krystal, narcoleptique, s'était rendormie avant même de terminer d'écrire. Une tache d'encre ponctua le récit de la journée, tandis que les derniers mots s'imprimaient sur la joue du Second.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Lun 2 Mar - 22:46

Krystal passait des nuits de plus en plus agitées. Il n'était pas rare qu'elle se réveille brusquement et en sueur dans le lit de sa maison en Astrub, seule. Voilà des semaines que Caelius n'était plus rentré, et son angoisse commençait à prendre une ampleur affolante en même temps que sa haine pour son Second se voyait animée par une rage sourde et sauvage. Son mari était censé être sous les ordres et la protection de quelqu'un de compétent, qui ne laisserait pas ses hommes disparaître, s'il avait un tant soit peu d'honneur. Foutaises. Krystal commençait à croire qu'Escobar Hillet était plus responsable de l'absence de Caelius que le Xélor lui-même, et qu'il était capable de tout sauf de faire preuve d'humanité.
Elle se tourna et se retourna, enfouie sous les couvertures, dans l'espoir de retrouver le sommeil. Mais depuis quelques jours, la jeune femme ne semblait plus être capable de dormir une nuit entière... Dépitée, elle attendit que les larmes qui dévalaient ses joues cessèrent leur course folle et ininterrompue pour y voir plus clair, avant d'attraper son carnet de bord posé sur la table de chevet et une plume qui se trouvait non loin.

2 Martalo 972

Que d'inquiétude... Caelius me manque terriblement. Je ne sais pas quand il me reviendra enfin, mais j'espère que Xélor aura un peu de pitié pour la pauvre fille que je suis et rendra l'attente plus... supportable.

Dinsdor, j'eus droit au rapport de Dlave, mon successeur en tant que Quartier-Maître. Ce qu'il m'a rapporté fut loin de me plaire : insolence, manquements aux ordres à répétition, absence prolongée sans justification... L'équipage commence à devenir pour le moins végétatif, et ce n'est pas deux Bananas que j'eus retrouvé à la Taverne peu avant le début de la réunion, mais deux larves dignes des égouts d'Astrub ! Je n'ai pas manqué de leur faire comprendre que s'endormir avachi sur le comptoir ou étendu sur la terrasse sous prétexte de l'"attente des autres" était inacceptable. Ce laxisme me laisse sans voix. Après tous les ordres qu'on leur donne, ils trouvent encore le temps de traînasser.
Contre toute attente, Isho fut tout aussi outré que moi. Les sanctions ne se firent pas attendre : Cruce est viré et Stefiran est rétrogradé. Kocka semblait se réjouir du départ de Cruce, d'après ce que j'ai pu entendre, mais au vu de la tête du Capitaine je ne pense pas qu'il ait apprécié ce genre de comportement.
J'ai prévenu Dlave d'être plus strict dans ses ordres et de ne pas hésiter à être menaçant. Le manque de tenue de l'équipage ces temps-ci doit cesser le plus tôt possible. Il est temps de retrouver le dynamisme qui a longtemps été notre plus grand atout.

Krystal traça les derniers mots avec une certaine hésitation qui n'avait rien à avoir avec son manque de sommeil. Un dynamisme... difficile à dire avec les Bananas qui ne sont jamais plus de sept au même endroit au même moment. Un atout ? C'était encore à prouver. Mais le Second était déterminé à redorer leur blason à tous et à sortir l'équipage de sa mortelle et monotone routine.
Elle referma le carnet, et regretta à cet instant qu'une crise de narcolepsie ne se soit pas manifestée, ce qui aurait pourtant été la bienvenue afin de la plonger à nouveau dans le sommeil, fusse-t-il ponctué de quelque rêve ou cauchemar.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Jeu 5 Mar - 23:48

La jeune femme était en proie à une grande tristesse. Lors de son entretien avec Nywu la veille au soir, elle s'était efforcée de n'en rien laisser paraître au travers de son masque de métal. Elle mima même un sourire pour féliciter la disciple du Dieu Joueur de son excellent travail de Vigie. Mais la jeune Xélor ne pouvait supporter l'absence de son cher et tendre époux plus longtemps. Elle se coucha sans la conviction de parvenir à fermer l’œil, mais le sommeil eut finalement raison d'elle tard dans la nuit.
Elle se réveilla en sursaut, une fois de plus, le lendemain matin. Krystal se borna à trouver un passe-temps qui lui ferait oublier l'espace de quelques heures l'absence de sa moitié, mais ne parvint qu'à passer une journée passablement maussade.
Ce n'est qu'en début de soirée qu'elle décida de se rendre au Fort Pirate pour se changer les idées et s'enquérir de quelque nouveauté au sein de l'équipage. Grand bien lui en fit, puisque quelques dizaines de minutes plus tard, alors qu'elle était occupée à verrouiller toutes les issues du Fort, un battement d'ailes frénétique semblant se diriger droit vers elle la fit se retourner juste à temps pour voir un Tofu qui lui semblait étrangement familier. Aice Eifer. Krystal couru alors jusqu'à l'entrée, ouvrit la porte à la volée, et sauta au cou de Caelius. Il était enfin de retour ! Quel bonheur c'était pour la jeune femme d'étreindre à nouveau l'homme de sa vie, d'entendre sa voix grave si douce et si rassurante, de sentir son odeur... il était bel et bien là. Pour elle, et rien que pour elle.
Le couple se rendit ensuite à Astrub, dans leur maison, où ce qu'ils firent ne concernèrent qu'eux seuls. Mais c'est avec un sourire aux lèvres et les cheveux ébouriffés que Krystal se réveilla quelques heures plus tard, Caelius étant allé remettre en ordre ce qu'il avait dû laisser lors de son absence prolongée. Il reviendrait plus tard. Elle en profita pour attraper son carnet et de quoi écrire et tenta de réordonner ses mèches ébène qui jouaient devant ses yeux, vainement, avant de l'ouvrir à une nouvelle page et d'y tracer quelques lignes.

5 Martalo 972

Voyons voir... hier soir, j'ai vu Nywu en Astrub. En voilà une qui se dévoue et qui respecte ses ordres. Nouvellement nommée Vigie, elle a fait jusque là de l'excellent travail. On ne pouvait rêver mieux. Elle m'a communiqué les principales informations qu'elle avait pu récolter : Don' ne se vengera pas de nous et projette de se séparer de Baoshi, lui-même porté disparu depuis la raclée que nous lui avions mise mais étrangement de retour hier soir, et les Escarpes semblent avoir disparu également. D'après Nywu, ils s'étaient alliés aux Boucaniers. Mais étant donné leur faible effectif et l'abandon de leur repaire au Domaine Sauvage, il semblerait que leurs activités ne soient plus d'actualité. Je me chargerai d'en faire le rapport à Isho plus tard.

Caelius est revenu !! Enfin ! Xélor a entendu mes prières, et je ne manquerai pas de lui en dédier une ce soir. Mon cher et tendre était en prison à Bréta, voilà pourquoi je ne pouvais le joindre. Et moi qui était morte d'inquiétude à son sujet ! Heureusement, il est de retour maintenant. Je ne le laisserai pas repartir une nouvelle fois aussi longtemps sans donner de nouvelles.
... J'entends des pas, le voici qui revient à la maison ! Il est temps de couper court à ce récit.

Krystal referma prestement le carnet et le glissa dans son havre-sacoche, jetée au pied du lit, accompagnée des vêtements de la jeune Xélor qui eurent connu le même sort pour des motifs obscurs.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Mer 11 Mar - 23:38

Il y a des jours où l'on aimerait mieux rester couché. Et le 11 Martalo fut l'un de ces jours-là pour Krystal. C'est avec une colère sourde qu'elle écrivit quelques lignes dans son carnet.

11 Martalo 973

Si j'avais su qu'une simple visite à Poup Island pouvait être aussi dangereuse... Je suis arrivée par le Zaap de l'île en début de soirée. Caelius et une de ses camarades Roublarde que j'ai déjà rencontrée auparavant étaient occupés à dresser des câbles de part et d'autre du portail. Ils le trafiquaient. Caelius voulait tenter de dévier le flux du Zaap afin de tenter de se rendre dans l'une de ces dimensions divines. C'était absurde ! Et pourtant, il l'a fait. Le vortex a pris une couleur violette inquiétante, avant de virer au noir, puis un flash blanc est apparu. Il reprit sa couleur stasifiée, et Caelius décida de le traverser ! Les deux Boucaniers se firent happer par le portail sous mes yeux, et sous les yeux d'un autre condisciple à qui il semblait manquer quelques cellules grises. Celui-ci émit immédiatement l'hypothèse qu'ils étaient morts. Foutaises ! Je ne pouvais y croire, Caelius ne pouvait pas perdre la vie à cause de l'une de ses stupides expériences !
Et alors que tout ne pouvait aller plus mal, voilà qu'Escobar Hillet en personne se montra, flingue à la main. Son langage fleuri m'avait presque manqué. Sa figure se déforma en une expression terrifiante lorsqu'il me vit - ce qui le rendit encore plus... cinglé - et il pointa son arme sur moi. Avant de me tirer dessus, pour le plaisir. Mon chapeau est donc percé d'un trou, puisqu'une balle vicieuse a décidé d'y tracer son chemin... Visiblement, il aime se servir de son arme, puisque c'est avec le canon pointé dans mon dos qu'il me força à traverser ce maudit Zaap !

J'ai cru que j'allais y rester. Mais c'est sans encombre que j'atterris en face de Caelius, qui était bien vivant, avant de me faire bousculer par un Hillet qui déboulait du vortex en trombe en lâchant des jurons plus colorés les uns que les autres. Il hurla des reproches à ses subordonnés, ce qui m'a valu une coupe de cheveux "dans le vent", littéralement. J'ai bien cru qu'il allait me rendre sourde à hurler de la sorte.
Je ne sais pas où le portail nous a emmenés, mais les rouages qui flottaient dans les airs et la teinte violacée du ciel me semblaient étrangement familiers. Mais je n'eus guère le loisir de les admirer longtemps, puisque Caelius m'a... ordonné... de rentrer à la maison, pendant qu'Escobar rechargeait. Chose étonnante, je l'ai écouté. De toute façon, la présence de son irascible Second commençait à attaquer mes nerfs et me mettait en danger. Il avait fait exprès de me manquer lors de son premier tir, mais si l'envie lui prenait il pouvait toujours se rattraper...
Sa haine pour les Bananas semble totalement infondée, en plus de s'avérer virulente et profondément ridicule, mais avec toutes les insultes fleuries qu'il m'a lancées il est clair que la diplomatie n'est pas son fort.

J'espère que Caelius me rejoindra bientôt... A moins qu'il n'ait finalement préféré son équipage à sa femme.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Mar 17 Mar - 23:28

C'est avec une certaine anxiété que Krystal avait attendu la réunion du Dinsdor. Les ordres qu'elle avait donnés avaient été rigoureusement suivis par Dlave, mais malgré son calme apparent personne ne pouvait prédire si les négociations allaient se passer comme prévu puisque le Second avait décidé de convier les mercenaires ET leurs rivaux déjà installés au Fort pour calmer le jeu. Ses nerfs avaient été mis à rude épreuve par son mari, qui avait pris l'habitude de passer au Fort Pirate juste avant la réunion. L'aisance avec laquelle il trouvait son chemin dans la jungle la déstabilisait à chaque fois qu'elle voyait le Xélor à ses portes, de même que la tendance qu'il avait de se mettre à l'aise en territoire supposé comme neutre qui devenait fâcheuse. Les évènements du 11 Martalo nécessitaient d'avoir une conversation qu'ils n'avaient pas eue depuis longtemps, mais le moment était vraiment mal choisi.
Bien que Krystal puisse faire preuve d'une autorité sans faille quand il s'agissait des Bananas - ce qui lui réussissait bien puisque même en l'absence d'Isho elle parvenait à le faire filer droit - ce n'était pas la même assurance qu'elle dégageait lorsqu'elle se trouvait face à Caelius. Loin de là. Le Xélor parvenait souvent à tourner la situation à son avantage car son élocution surpassait celle de la jeune femme. C'est ce qu'il ne manqua pas de faire ce soir-là, laissant sa femme dans l'attente (vaine ?) d'une éventuelle "réconciliation" avec Escobar, ou au moins d'une "acceptation" de la part du Roublard aux passages réguliers à Poup Island d'une Krystal en quête de nouvelles de la part de son époux, son séjour précédent sur l'île ne s'étant pas vraiment bien déroulé.
La jeune pirate décida de profiter d'un moment de répit pour rédiger quelques lignes dans son carnet, qu'elle se réjouissait de tenir plus régulièrement que le précédent.

17 Martalo 973

J'avoue qu'après coup, lorsque j'ai demandé à Dlave de convoquer les Oürays et ces mercenaires - dont le nom n'a de cesse de m'échapper constamment - qui avaient des relations plutôt tendues entre eux, cette décision m'avait semblé être une assez mauvaise idée. Finalement, le retour d'Isho m'a rassurée et les négociations avec ces mercenaires se sont bien déroulées. Ils ont finalement acquis un bâtiment au Fort, nous offrent une défense supplémentaire en cas d'attaque, et connaissent le chemin ne nécessitant pas d'insigne pour traverser la jungle. Espérons qu'ils ne communiquent pas cet itinéraire à d'autres, d'autant que je me garde bien de le faire concernant Caelius... Je sais que je devrais avoir honte de me méfier de mon propre mari, mais il y a des choses qui ne doivent pas communiquer entre équipages. Surtout lorsque l'on parle des Boucaniers...
Caelius m'a promis qu'il allait avoir une conversation avec son Second à propos de mes passages sur Poup Island, car "Monsieur Hillet" semble tenir absolument à m'empêcher de le voir. Je doute que le Roublard accepte, il peut aussi me loger une ou deux balles dans la tête afin de régler le problème. J'ai noté une certaine gravité dans le regard de Caelius, surtout lorsque j'ai mis notre relation en doute (qui peut prétendre à ce que nous soyons mari et femme vu le peu de fois où nous nous voyons ?). Mais il s'est donné une raison, et pour me rassurer, m'a emmenée dans cet endroit que l'on nomme le Xélorium, temple du Grand Chronomaître, où j'étais déjà venue par accident avec Escobar après l'expérience de mon mari sur le Zaap de Poup Island. Quoique Caelius puisse en dire, j'ai eu l'impression que nous ne devrions pas nous trouver ici.

Depuis mon retour de cet endroit divin, j'ai de plus en plus de mal avec les trajets en Zaap... Je ne saurais dire à quoi cela est dû, mais je n'aime pas ça. En plus d'être un comble pour un Xélor de ne plus supporter les transferts spatio-temporels, cette sensation de vide à la sortie du portail ne me dit rien qui vaille...
Je prendrais le temps de décrire ce phénomène un peu plus tard.

Ce que Krystal ne se décidait pas à écrire dans son carnet, c'est qu'elle commençait à avoir de sérieux soupçons sur la nature du mal qui l'affligeait. Et si c'était dû au Zaap trafiqué de Poup Island, qu'elle avait été la première à prendre après que Caelius ait détruit une partie de l'installation en s'y engouffrant juste avant elle ? Et si en faisant cela il avait déstabilisé le flux de transfert du portail ? Tant de questions qui ne trouveraient pas de réponses si Krystal ne s'adonnait pas à quelques vérifications... mais pour cela, il fallait encore passer à travers les balles du Second hargneux qui dirigeait les Boucaniers Fantasques.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Dim 22 Mar - 0:01

21 Martalo 973

L'horreur dont j'ai été témoin aujourd'hui n'a pas de mots. Je croyais que cette cité malfamée qu'est Astrub avait calmé le jeu, mais la vision de cette tentative de meurtre me hante toujours.
Tout a commencé avec une histoire d'affiche - ce qui me fait penser que je devrais m'y atteler - qu'un Écaflip nauséabond et une Roublarde que je reconnus comme étant Ellana devaient coller un peu partout dans Astrub. Les deux Boucaniers, donc, arrivèrent au parc des Namoureux où un étrange personnage leur empêcha de placarder ces parchemins aux murs, ou aux arbres... En moins de dix minutes, le dialogue avait pris fin en même temps que la créature attaqua l'Écaflip, qui lui tailla une profonde entaille sur le torse tandis qu'Ellana lui tirait dessus à bout portant. Ça aurait dû se terminer là, simplement... mais le Boucanier n'y comptait pas. Il s'acharna sur la créature ensanglantée en l'égorgeant avec ses griffes et en lui tailladant le visage, du sang giclait et des chairs volaient autour... Je dus détourner le regard tant c'était affreux. Il y avait Don', aussi. Il réclama le corps, mais l'Écaflip préféra le jeter dans l'étang... Je dis à Don' qu'il était toujours temps de récupérer le corps, préférant le savoir ailleurs qu'en plein milieu du parc.
Chose surprenante, après avoir été repêché, l'étrange homme était encore en vie... Mais les ennuis ne sont pas terminés pour lui. Il a beau avoir été soigné, il mourra bientôt.

Je n'en reviens pas de la cruauté des Boucaniers, même hors de leur île... Un bain de sang pour une affiche. Ils n'attireront que des malades mentaux dans leur équipage...
... Et savoir Caelius là-bas m'inquiète beaucoup.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Dim 22 Mar - 19:03

La double-page du carnet de bord de Krystal est couverte d'annotations et de schémas complexes. Certains d'entre-eux semblent représenter des flux entre des portails qui ressemblent fortement à des Zaaps. En-dessous, quelques lignes compréhensibles ont été griffonnées et seront complétées au fur et à mesure.


Tests de déplacements par portail Zaap

1 - Fort Pirate => Centre d'Astrub
Effets ressentis : Arrivée en douceur, rien à signaler à part une très légère sensation de vertige.

2 - Centre d'Astrub => Rivage Steamulant
Effets ressentis : Détour par le Triangle des Bermudas pour y parvenir, le Zaap étant infranchissable directement... Ça tangue un peu à l'arrivée, mais je mets ça sur le compte de l'installation sur pilotis.

3 - Rivage Steamulant => Xélorium
Effets ressentis : Sensation de vertige plus prononcée qu'à l'accoutumée... Peut-être à cause du changement de type de portail, certainement plus instable là-haut. Arrivée en douceur tout de même.

4 - Xélorium => Poup Island
Effets ressentis :

5 - Poup Island => Macheville
Effets ressentis :

6 - Macheville => Rivage Steamulant
Effets ressentis :

PS : Aucun effet étrange lors de la consommation de potion de rappel, mis à part un haut-le-cœur dû à leur goût infect...

La page ne sera jamais achevée.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Mar 24 Mar - 21:49

Le Second avait passé les premiers jours de sa convalescence à dormir, au chaud dans l'un des lits moelleux de la maison de Nywu, qu'elle lui avait si gentiment laissé. L'isolement de l'habitat lui permettait de se reposer sans être dérangée par le bruit. A son réveil, l'esprit encore embrumé, Krystal avait constaté la présence d'une béquille posée contre le mur près du lit ainsi que du pain et de l'eau. Ces petites attentions la soulagèrent grandement. Enfin, elle était en sécurité. Elle ne tenta pas de se hisser vers la tête du lit, sa blessure étant encore trop fraîche pour lui permettre le moindre mouvement, bien que les puces de Nywu avaient fortement aidé à la régénération des chairs.
La jeune femme n'eut qu'à tendre le bras pour se restaurer, et comme elle n'avait pas été débarrassée ni de ses vêtements ni de son armure, elle profita de la proximité de son havre-sacoche pour en sortir son carnet et de quoi écrire. Pas question de laisser filer le jour où elle avait failli perdre lamentablement la vie.

24 Martalo 973

Vouloir tester les effets des voyages par Zaap sur moi un Dinsdor a certainement été la pire idée que je n'ai jamais eue. J'ai pris une faille spatio-temporelle du Xélorium vers Poup Island, dont le portail Zaap avait été trafiqué par Caelius. La sortie du Zaap fut très rapide, à tel point que j'ai glissé sur les marches pour rouler dans le sable un peu plus loin... Un roublard, Izhyël, m'a aidée à me remettre debout peu après la chute. Nous ne nous étions croisés que de visu jusque là. Il fut rejoint par Sven Oürhay, un condisciple. Tous deux cherchaient un Boucanier.
Impatiente de partir de l'île avant que l'on ne m'y découvre, j'allais m'engager en direction du portail lorsque quelqu'un en sortit précisément à ce moment-là... Escobar Hillet lui-même. La situation que je redoutais le plus était en train de m'arriver ! Me trouver sur Poup malgré l'interdiction formelle du Second et la menace qu'était sa personne. Il n'avait visiblement pas dû passer une bonne journée, puisqu'il était encore plus nerveux qu'à l'ordinaire... Il n'a pas attendu longtemps avant de dégainer son pistolet et de le braquer sur moi. Bien que je m'évertuais à lui expliquer que c'était une erreur et que je n'étais là que pour tester si le Zaap était bien revenu à la normale, il ne me croyait pas.
Et le coup de feu est parti... Une balle droit dans la cuisse, qui me fit choir - à nouveau - dans le sable de l'île. Je n'ai rien pu voir, rien pu sentir, mis à part le monde qui soudain tournait autour de moi et une cuisante douleur à la cuisse. Comment prévoir le tir d'une arme à feu ?! Je n'ai rien pu faire pour éviter la balle. Et c'est avec les yeux embués de larmes de douleur que je vis mon tortionnaire s'approcher de moi comme un prédateur attendant le moment opportun pour se jeter sur sa proie... Il me parlait, j'étais incapable de répondre. Il me souleva à sa hauteur, et je me suis sentie tellement impuissante... Il pouvait me tirer une autre balle décisive au moment où il le voulait. Ce moment terrifiant quand l'on se rend compte que notre vie est entre les mains d'un autre...

Victorieux et semblant vouloir faire durer son plaisir - et mon supplice - Escobar m'a jeté sur son épaule en m'arrachant un cri de douleur, scandant à qui voulait l'entendre qu'il me "raccompagnait" au Fort dont je n'aurais jamais dû sortir. Et il me porta jusqu'au Zaap en direction du Rivage Steamulant... Mais tout ne se passa pas comme il l'avait prévu. De toute évidence, le Zaap de Poup était défectueux, comme me l'a prouvée ma chute. Nous arrivâmes non pas à Sufokia, mais au Triangle des Bermudas, refuge du Clan Riktus. Le Second était furieux et décida de tenter de se rendre à Sufokia une nouvelle fois... Sans succès. Nous sortîmes du Zaap de l'Île aux Moines à une vitesse folle ; Escobar trébucha dans une flopée de jurons tandis que je m'écrasais lamentablement sur le sol en serrant les dents pour ne pas hurler (ça lui aurait fait trop plaisir)... Le cauchemar était réalité. J'étais blessée et vulnérable, il était furieux et armé, et le sort semblait s'acharner sur nous. Et le Roublard était bien décidé à me faire vivre la pire journée de ma vie.
Il m'a bien fait comprendre que l'on continuerait notre route par bateau. Mais le bateau est à l'autre bout de l'Île aux Moines... il était hors de question qu'il me porte jusque là-bas. Alors il m'a proposé une alternative ; il pouvait me tuer ici et se débarrasser de mon corps. Personne ne venait dans les parages et il pouvait bien se garder de le dire. Si j'avais une autre solution, je n'avais qu'à le lui dire. Et c'est là que je lui ai demandé ce qui se passerait si on retirait la balle et cautérisait la blessure. Il me répondit que d'une part, j'avais plus de chances de perdre ma jambe en enlevant le projectile, et que d'autre part, il n'avait aucune raison de le faire. Me tuer était tellement plus simple... Sur le point de craquer, je glissais une main dans mon havre-sacoche et y trouvait une potion de rappel. Je n'entendis que ces mots : "Alors, Krystal Zeklox ? Dernier jour, ou jour de chance ?". "Jour de chance", répondis-je malgré la peur qui me nouait le ventre. J'ai tenté de boire la potion de rappel. Il avait anticipé. Il m'a ordonné d'écarter les bras, ce que j'ai fait puisque de toute façon je ne comptais pas mourir en lui désobéissant... Il a envoyé valser la potion de rappel plus loin. J'étais perdue... Il a dégainé son couteau.

Pour une raison que j'ai encore du mal à m'expliquer - en plus du fait que je sois toujours en vie - il m'a tendu une bouteille emplie d'une substance douteuse qui sentait terriblement fort en m'ordonnant de la boire pendant qu'il stérilisait sa lame avec du feu. De l'alcool. Il allait me soigner. J'avais encore peine à y croire, mais le contenu de la bouteille ne me laissa pas le temps d'y songer davantage ; l'alcool était infect, le genre de substance qui vous troue l’œsophage et qui laisse un goût immonde longtemps après l'avoir bue. Surprise par la force de l'alcool, j'en suis tombée à la renverse en haletant. Escobar s'appliqua à recoudre la plaie. L'intervention ne dura qu'une dizaine de minutes, mais la douleur, bien qu'atténuée par l'alcool, les rendit interminables.
Une fois qu'il eut terminé, son comportement changea. Il me tendit la main pour m'aider à me relever et attendit que je sois relativement stable, bien qu'agrippée à lui, avant de se mettre en route. Nous avons traversé l'Île aux Moines, moi en boitillant et lui en me soutenant. Nous avons atteint le bateau au bout d'une heure de marche. Et ce n'était pas terminé, il fallait encore parvenir jusqu'au Fort ! Il me laissa avancer seule en me tenant en joue, par précaution selon lui. Il dût presque me porter pour franchir les innombrables escaliers qui aménagent le Rivage Steamulant ainsi que le Berceau de Sufokia, à chaque fois en grognant de mécontentement. Compréhensible...

Nous avons atteint le Fort alors que la nuit était tombée depuis longtemps. Il me laissa entrer sur la promesse de lui donner 80.000 kamas de "dédommagement" avant Dinsdor prochain, sous la menace de me traquer et de me faire tant de choses indescriptibles mais affreuses que je puisse rentrer dans une boite d'allumettes si je ne les lui apportait pas à temps. Je me dématérialisais pour entrer dans le Fort.
Je me suis matérialisée non pas à l'entrée du Fort, mais bien à côté du Phénix, en hurlant de douleur lorsque je constatais que les points de suture avaient lâché lors du transfert. La blessure, fraîchement recousue, s'était rouverte. Heureusement pour moi, Dlave et Nova se trouvaient non loin et furent alertés, rejoins plus tard par Nywu. Avec l'aide d'une Crâ des mercenaires de Zyadrum, ils ont extrait la balle et soigné la plaie. Les puces de Nywu ont permis une régénération rapide des chairs, et je suis hors de danger... Il va me falloir du temps avant de pouvoir marcher de nouveau sans béquille, mais me savoir chez moi et en sécurité malgré l'avertissement d'Escobar me permet un moment de répit.
J'ai légué le commandement des Bananas à Dlave durant ma convalescence si Isho n'était pas de retour. J'espère que tout se passera bien.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Ven 3 Avr - 19:06

Il lui fallu quelques jours pour que sa colère s'estompe totalement. Furieuse d'avoir été aussi facilement eue par Escobar et ses maudits Boucaniers, Krystal avait quitté le Fort avant de faire exploser quelque chose. Elle marcha longuement, exprimant sa colère envers chaque créature du Rivage Steamulant qui avait le malheur de croiser sa route - et qui, d'ailleurs, n'avait rien demandé - avant d'arriver au port et de prendre un bateau pour Brâkmar. Il fallait qu'elle se change les idées, qu'elle ne pense plus à rien pendant quelques jours. Ni aux Boucaniers, ni à Caelius, ni à Isho.
Elle arriva en vue des Champs Pabongs alors que la nuit était déjà bien entamée. La porte de la petite maison taillée à même la roche noirâtre, simple et isolée, appartenant à son père adoptif, était toujours ouverte pour elle. Elle entra sans faire de bruit et prit le temps de vérifier si le Sram dormait paisiblement... il ronflait. Satisfaite et nostalgique, elle gravit les escaliers de la bâtisse pour se retrouver face à une toute petite chambre - la sienne lorsqu'elle était enfant - dont elle ouvrit la porte dans un très léger grincement. Deux petits lits étaient contre le mur de part-et-d'autre de la pièce, et dans chacun dormait à poings fermés un bébé. La jeune femme s'approcha doucement de l'un des berceaux et prit sa petite fille dans ses bras avec la plus grande délicatesse du monde. Elle ne voulait l'admettre devant personne, mais ses enfants lui manquaient plus que tout. Elle resta quelques jours auprès de sa famille.
C'est en berçant la petite Kael, enveloppée dans un cocon de couvertures, que Krystal sortit sur le pas de la porte. L'air était chaud toute l'année grâce aux vapeurs du volcan de Sidimote et aux puits de lave qui émergeaient çà-et-là du sol granitique et fertile. Elle avait oublié à quel point sa patrie natale l'apaisait, la force écrasante mais néanmoins tranquille du volcan qui la submergeait et la portait en même temps. Elle contempla longuement la lande qui s'étendait devant elle dans un paysage nocturne, fixa quelques instants une luciole qui voletait près d'elle, puis son regard s'éloigna encore vers l'immensité bleutée de l'océan, simple trait scintillant à l'horizon d'une étendue soufrée qui séparait la terre du ciel.
Elle rentra finalement recoucher son bébé qui dormait toujours à poings fermés, puis redescendit les escaliers pour arriver dans le salon, où elle alluma une chandelle et écrivit quelques lignes à la lueur oscillante de la bougie.

3 Aperirel 973

Je les hais. Je sais que c'est un cruel manque de recul. Mais je hais les Boucaniers. Escobar, en particulier. Mais c'était une évidence. Le Capitaine leur a déclaré la guerre. Les rapports sont plus que tendus, et je crains qu'à l'avenir Caelius et moi soyons obligés de nous séparer... pour le peu que nous nous voyons...

J'avoue avoir été particulièrement incisive dinsdor dernier, mais ces quelques jours passés auprès de mes enfants et de mon père adoptif m'ont changé les idées. C'est que Kael va bientôt avoir deux ans, et son petit frère entre dans son septième mois de vie. Je ne les vois que trop peu à cause des ennuis dans lesquels je peux me fourrer, mais j'espère toujours compter comme une mère pour eux.
Je regrette d'avoir réagi sous l'impulsion de la colère à la réunion, surtout que je ne peux m'en prendre qu'à moi-même d'avoir été assez idiote pour aller rejoindre Escobar seule.

Il n'y aura plus d'écart à l'avenir. Les Boucaniers sont trop dangereux, je ne prendrai pas le risque de risquer ma peau ou celle de l'équipage sur une décision irréfléchie à l'avenir.

Satisfaite d'avoir enfin pu mettre ses idées au clair et convaincue qu'elle ne laisserait plus ses émotions guider ses actions, Krystal referma son carnet et décida de repartir retrouver les siens. Il était temps qu'elle prenne les devants. Plus question de se laisser marcher dessus par les Boucaniers.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Dim 5 Avr - 0:16

La soirée fut longue et a demandé beaucoup d'énergie au Second. C'est avec un bonheur non dissimulé qu'elle ôta enfin son armure une fois arrivée à la maison et se vautra sur le lit. Enfin couchée, enfin posée, enfin tranquille. Enfouie au milieu des couvertures de son lit moelleux, Krystal jubilait. Cette soirée fut productive à un très haut niveau et elle ne pouvait que s'en féliciter. Elle attrapa son journal de bord et l'ouvrit, heureuse de consigner l'un des rares faits positifs de son quotidien.

4 Aperirel 973

Enfin, nous avons un plan d'attaque. Une stratégie parfaite. J'ai beau envisager tous les cas de figure, retourner le scénario dans tous les sens, c'est imparable. Nous saurons enfin s'il y a un traître parmi nous, et s'il y en a un, qui il est. Isho n'en est pas encore informé, mais ça ne saurait tarder. La procédure a déjà commencé.

Démasquer le traître dans nos rangs n'est que la première étape. Escobar ne m'avait donc pas menti, contre toute attente. Le récent enlèvement de la nouvelle, Riya, ne font que confirmer les doutes soulevés par le Second ; des informations ont fuité car seuls les Bananas savaient que Riya était des nôtres. Nywu m'a fait parvenir d'autres informations et les inquiétudes de Koshimo, en plus du projet qu'Isho comptait mettre en place. Les Boucaniers risquent d'être surpris.
La suite des opérations viendra en temps et en heure.

En attendant que la situation se dénoue, j'ai emmené le fils de Shakila chez mon père adoptif, qui s'est fait une joie de le recevoir. La séparation entre la mère et son enfant a été difficile, mais elle a finalement pu entendre raison. Si son enfant reste au fort et que le traître tombe sur lui, il risque d'être dangereux pour l'équipage car il pourrait servir d'otage.

Pour l'heure, j'attends de voir les Bananas que je n'aurais pas vu ce soir. Et ensuite, nous appliquerons le plan.

Krystal referma son carnet, puis sombra peu de temps après dans un sommeil profond et réparateur.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Lun 13 Avr - 14:07

Beaucoup de choses s'étaient passées depuis les neuf derniers jours. Mais peu méritaient d'être consignées dans son journal de bord. La veille, la réunion avait été mouvementée. Les lettres anonymes doivent être la dernière mode...

13 Aperirel 973

Hier soir, Riya nous a amené un de ses amis qui souhaitais nous rejoindre... Sonnay De Blasco. Je suis restée sceptique à cause du lien de parenté qui l'unit à Baoshi, aussi j'ai dû demander aux Bananas ce qu'ils en pensaient. Ils étaient pour son entrée à l'unanimité. Soit.
J'en ai parlé plus tard à Isho et il a eu la même réaction que moi. Mais je pense que ce Pandawa peut devenir un bon élément malgré tout.

Emporio et une donzelle de son équipage des Chafers Pirates sont venue nous rendre visite. Le Iop a conseillé à Isho de se méfier du Pandawa... Était-ce Chay, ou bien Sonnay ? Le capitaine pense qu'il s'agit de Sonnay.
En attendant, il m'a fait dire à Dlave de surveiller Chay. Il commence à se douter de quelque chose ; aucun Bananas ne peut revenir vivant, ou au moins entier, de Poup Island. Pourtant, lui, il en est revenu comme d'une promenade de santé. Autant d'éléments qui peuvent se retourner contre le Oühray.

Nous avons appris que Shakila était enceinte et avait reçu des coups au ventre par un certain Volamin... Certains d'entre nous ont ratissé Astrub pour trouver Albynn. Et ils l'ont trouvé, heureusement pour Shakila. Alors qu'elle est partie à l'extérieur du Fort pour recevoir des soins, Isho a reçu une lettre anonyme mentionnant un attroupement louche devant le Fort. Arrivés devant, nous n'avons vu que les nôtres, Albynn et Aisheriit. Soit cet anonyme se payait notre tête, soit il y avait effectivement quelqu'un plus loin. Dlave et moi avons quadrillé toute la zone du Berceau, mais nous n'avons trouvé personne. Bizarre, donc... Isho a fini par se débarrasser de la lettre.

Reste à savoir qui envoie ces missives avec un "W" vert écrit dessus.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Mar 14 Avr - 10:39

14 Aperirel 973

Il faut croire que chez nous, les Pandawas ne restent pas intègres bien longtemps.
Je me suis rendue en Astrub hier soir, et j'ai été doublement surprise : premièrement, cinq Bananas s'y trouvaient. Deuxièmement, Sonnay était blessé.
La cause ? Nywu m'a raconté que Kocka avait complètement pété un boulon. A force de se sentir faible par rapport au capitaine ou à moi (ou à d'autres), il a développé un complexe de supériorité à l'égard des nouveaux. Du coup, notre Steamer s'est attaqué à Sonnay pour la seule raison de "vouloir le tester parce qu'il est nouveau".
Le Pandawa m'a dit qu'un Xélor avait "ralenti ses souffrances" le temps de trouver un médecin. Ralentir un corps blessé ? Mais jamais, par Xélor ! N'importe quel novice sait cela ! Cette opération ralentit la propagation de la douleur dans le système nerveux, mais elle affecte également le système immunitaire de la personne ! Sonnay s'est retrouvé dans une latence de 20 minutes, et encore heureux que ce ne soient que 20 minutes. Lorsque celles-ci se sont écoulées, ce n'était vraiment pas beau à voir. Le Pandawa s'est soudainement plié en deux, la douleur faisant son chemin habituel à grande vitesse afin de rattraper le retard subi par son corps. De même avec sa plaie, d'où du sang s'échappait abondamment. Nous l'avons fait entrer dans le Havre-Sac de Nywu, où celle-ci a pu lui prodiguer les premiers soins avec ses puces.
Je suis repartie trouver Kocka, avec la ferme intention de lui imprimer mes phalanges sur sa carcasse rouillée. Ça lui aurait peut-être permis de remettre ses idées en place. Au lieu de ça, j'ai croisé Koshimo, fraîchement revenu, et je l'ai envoyé auprès des autres pour aider Nywu. Kocka, en revanche, était introuvable. Mais la prochaine fois, je ne vais pas le louper.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Lun 20 Avr - 12:14

L'angoisse commençait à s'installer dans l'esprit de Krystal. La jeune femme perdait peu à peu son assurance ainsi que sa crédibilité de Second, mais ne voyait pas encore vraiment comment s'en sortir. Heureusement, elle sait compter sur l'équipage, bien que certains de ses hommes commencent à douter d'elle d'une manière qui ne lui plaisait pas... pas du tout.
L'attaque de Kocka envers Sonnay, la jeune Xélor la trouvait puérile, stupide et injustifiée. Et maintenant qu'elle prenait les choses en main - d'une main de fer - voilà que ça lui retombait dessus comme une armée de corbacs sur un bout de viande. Elle avait fait comprendre au Steamer que l'on ne se foutait pas d'elle comme il l'avait fait, mais celui-ci reste borné dans un comportement qui ne peut lui apporter que des ennuis. Koshimo n'a rien arrangé à ça, bien au contraire. Krystal se sentait presque coupable, son Bosco ferait sûrement un meilleur Second qu'elle-même. Ils commençaient à la prendre pour quelqu'un qu'elle n'était pas : Escobar Hillet. Stop. Il fallait qu'elle se reprenne en main. Même si deux de ses hommes ne l'entendaient plus, le reste de l'équipage est toujours derrière elle, prêt à l'écouter et à la suivre, sans discuter ses ordres, comme de bons pirates savent le faire. La disciple du Chronomaître jugea qu'il était grand temps de discipliner ces Bananas, peu importe la méthode, du moment que les résultats restent indiscutables et permanents. Peu importe ce qu'en pensent les deux contrevenants ; la dernière fois qu'elle est allée vérifier, c'était encore elle qui commandait. L'absence d'Isho ne doit en aucun cas être improductive.

20 Aperirel 973

Je peux remercier Nywu, Dlave, Riya, Sonnay et Nova pour m'avoir redonné confiance en moi. Qu'est-ce qu'un équipage avec un commandant hésitant ? Rien. L'histoire avec Kocka a été un coup dur, Koshimo ayant pris plaisir à m'enfoncer un peu plus, mais je dois me relever à présent. Peu importe ce qu'ils en disent : Isho m'a confié le commandement jusqu'à son retour. Je suis sa voix. Ils n'ont aucun motif pour discuter mes méthodes.

J'ai réussi à attraper Kocka peu après son attaque sur Sonnay. Puisque les mots ne semblent plus s'imprimer dans sa tête, j'ai usé de la force. Je lui ai cogné dessus jusqu'à-ce qu'il soit à terre - ce qui fut très rapide - pour qu'il comprenne enfin que l'on ne se fout pas de moi et que c'était une très mauvaise idée de me tenir tête, avant de le rétrograder au rang de mousse et de le mettre deux jours aux fers. Quand je suis allée le chercher, ses batteries étaient à sec. Il soit encore m'en tenir rigueur... Je l'ai transporté au-dehors pour y voir plus clair et lui ai fixé un nouveau réservoir de Stasis, plein. Koshimo a trouvé que j'étais trop sévère avec lui et que j'ai créé un fossé entre le Steamer et le reste de l'équipage. Ce fossé, il se l'est créé tout seul. Ils commencent vraiment à me prendre pour Escobar... Mais je suis loin d'être comme lui. J'aurai très bien pu démanteler Kocka avant de le jeter au fond de l'océan en guise de punition. Lui n'aurait pas hésité. Pas moi.

Hier soir, Kocka est venu au Fort. Il est resté froid et silencieux avant de repartir rapidement. Il ne fait absolument rien pour modifier son comportement. Le Quartier-Maître et moi avons reparlé de cet incident. Dlave aurai voulu être là ce soir-là pour pouvoir lui cogner dessus aussi... Comme quoi, Kocka est loin de n'énerver que moi. Nywu compte raisonner Koshimo également. Elle est vraiment dévouée, et douée avec ça. Je suis heureuse de la compter parmi nous. Elle a su très rapidement devenir Vigie, et ses talents ne sont plus à prouver. Elle est née pour ça.

J'espère que pour le reste, tout va s'arranger. Je ne peux pas me permettre de perdre la confiance de mes hommes, d'autant plus que quelque chose de gros va être prévu. J'ai besoin de la disponibilité et de l'efficacité de tout le monde lorsque ce jour viendra.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Sam 2 Mai - 22:06

Depuis plusieurs nuits maintenant, Krystal ne parvenait plus à fermer l’œil. Il ne se passait rien d'alarmant ces derniers temps, mais la disciple de Xélor pressentait quelque chose de mauvais. Même en ces périodes tranquilles, elle restait aux aguets... le calme avant la tempête. Mais un doute subsistait; son futur. Le dénouement de ce conflit serait certes inévitable, mais déchirant pour le Second.

2 Maisial 973

Je ne dors plus. Ce n'est pas la première fois que cela arrive. Mais je me sens mal. Très mal. Caelius me manque terriblement, et même si je vois mes enfants régulièrement, il manque toujours la présence rassurante du père de famille.
Le conflit avec les Boucaniers est entré dans une période de calme. Mais une fois qu'il reprendra, ce sera quelque chose de terrible. L'issue de ce conflit me retourne le cerveau, et j'ai beau imaginer tous les scénarios possible, il ne résulte que trois solutions...

La première: assumer ma fonction de Second jusqu'au bout et accompagner les Bananas jusqu'à la fin. Ce qui signifie, en d'autres termes, de trahir Caelius... mon cher et tendre, même si tu es loin, je n'ai de cesse de penser à toi. Combien je t'aime...
Une larme s'écrase sur le papier, laissant une trace circulaire et humide.
La seconde: rester fidèle à Caelius malgré tout. Soit d'en venir à trahir les Bananas Pirates... Cette issue me répugne plus que tout, quel Second déplorable je ferais si j'abandonnais mes hommes...

La troisième et dernière: mourir dans ce conflit. Cette option ne m'enchante pas non plus, puisque cela revient à abandonner dans tous les cas et Caelius et l'équipage. Sans compter mes enfants...

Si j'ose trahir Caelius, je ne pourrai plus jamais me regarder dans la glace... être responsable de la perte de mon mari serait affreux. Comment continuer à diriger des hommes en ayant abandonné celui qui partageait ma vie... ?
Si j'ose trahir l'équipage, à moins qu'Isho ne mette lui-même fin à mes jours, je serai condamnée à fuir éternellement pour ma vie. Il est improbable qu'Escobar m'accueille à bras ouverts chez les Boucaniers même si j’œuvrais pour leur cause en démantelant les Bananas, il pourrait même se charger de me tuer immédiatement. Je crains que l'avis de Caelius n'ait pas de poids sur la décision de son Second...

Je suis tiraillée entre le devoir et la famille. Et pour la première fois depuis fort longtemps...
... je suis perdue.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Dim 3 Mai - 16:43

La rumeur rapportée par Riya et la joute verbale tendue avec son ravisseur a tourmenté Krystal toute la nuit durant. La pauvre jeune femme ne savait plus quoi penser, d'autant que cette période de calme dans le conflit avec les Boucaniers ne tient qu'à un fil. Il suffit seulement que l'un des deux équipages relance les hostilités...

3 Maisial 973

Je ne crains qu'une chose : que la rumeur concernant Escobar et moi s'ébruite et parvienne aux oreilles de la Mort elle-même. Étrangement, les Boucaniers semblent redoubler d'activité depuis que Riya m'en a parlé... ils ont dû nous entendre en parler.
J'espère vraiment qu'Escobar est plus malin que cela et ne se laissera pas prendre au jeu de relancer le conflit à cause de ce racontar, si du moins il s'avère que c'en est bien un.

Je doute que le Second puisse éprouver le moindre sentiment positif, et encore moins de l'amour, mais comme dit Riya, cet homme est imprévisible. M'avoir soignée après m'avoir tiré dessus en témoigne. Impossible de démêler le vrai du faux... mais en tout cas, il faut que je surveille chacun de mes Bananas. Ainsi que les agissements des Boucaniers, qui traînent bien trop du côté d'Astrub à mon goût en ce moment. Tout cela ne me dit rien qui vaille.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Jeu 7 Mai - 20:32

Elle s'était réveillée dans les couvertures de l'un des lits de l'infirmerie du Fort Pirate, n'étant vêtue que d'une chemise et d'un pantalon de toile. Son armure était posée sur la commode près du lit, ainsi que son boléro et sa veste. Krystal ouvrit enfin les yeux au prix d'un effort colossal, et tenta de retracer ce qui l'avait amenée ici. Ah, oui, tout était clair. L'attaque de Kocka sur Sonnay, les blessures de Riya en voulant le protéger... Ah ça, elle avait bien engueulé le Steamer, sûr. Pour le reste, des souvenirs flous aux lumières bleues, blanches, argentées se bousculaient dans sa tête en une symphonie insupportable. Il s'était passé quelque chose qui avait mis ses réserves magiques à sec. Le Second se remémora alors la dernière fois qu'elle avait usé de ce sortilège. Elle avait bel et bien réalisé un rituel de Momification Xélor, seul salut pour les deux Bananas blessés. Et cette manœuvre l'avait épuisée à tel point qu'elle dormit toute la journée du lendemain. Encore la tête dans le brouillard, elle avait saisi son carnet et couché sur le papier son récit.

7 Maisial 973

Quel mal de crâne infâme... Je me rappelle avoir sévèrement ramené Kocka à l'ordre, cela s'était passé avant-hier. Il y a longtemps que je n'avais pas autant dormi.
Le Steamer avait tiré sur Sonnay - encore une fois - parce que celui-ci lui avait manqué de respect. Non mais pour qui se prend-il ? Je lui ai une nouvelle fois fait comprendre de se rappeler où était sa place : il n'est qu'un pauvre artilleur, en aucun cas il se doit d'appliquer les sanctions lui-même. Certes, Sonnay est également en tort. Mais il a une fois de plus été grièvement blessé. Riya a tenté de le secourir mais s'est blessée à son tour.

Après avoir calmé Kocka, je lui ai ordonné d'aller porter les deux Bananas à l'infirmerie... j'ai effectué un rituel de Momification Xélor sur eux pour régénérer leurs blessures, et même si ce n'est pas aussi efficace qu'un Mot Éniripsa, leur état semble s'être considérablement amélioré puisqu'ils n'étaient plus dans leurs lits à mon réveil. Je me souviens de leurs protestations, de Kocka qui avait tenté de m'en empêcher à cause de mon état prononcé de fatigue... Je ne les ai pas écouté, et après avoir fini je me rappelle avoir franchi la porte de l'infirmerie...
Puis le noir complet.

Je n'ai repris conscience qu'il y a peu de temps, j'espère que tout va pour le mieux... Je vais devoir me plonger dans la paperasse et écrire le rapport qu'Isho attend depuis bientôt deux semaines... Je vais me faire tuer.

Il faut que je trouve Méta. Elle me donnera sûrement des nouvelles de Caelius. Je compte lui demander de m’amener à Escobar, il est temps que ce conflit stupide cesse. Il paraît que même les Boucaniers ne savent pas de quoi il s'agit, comment tout a commencé.
J'ai également appris que celui d'entre nous dont la tête est mise à prix, c'est Sonnay... une question que je me ferais une joie de poser au Second.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Lun 11 Mai - 19:41

Le Second retrouvait petit à petit sa confiance en elle. Revoir Nywu sauve avait été un grand soulagement après être restée deux semaines sans aucune nouvelle. La disciple du Dieu Joueur n'a pas voulu éclaircir les véritables raisons de ses blessures, cependant elle a été très claire : les Oühray les ont trahis et se sont ralliés aux Boucaniers. Krystal, quant à elle, a été sans équivoque. L'alliance est rompue et le Clan sera chassé du Fort Pirate. Quant au sort de Chay, ils verront bien comment le Second s'occupe des traîtres.

11 Maisial 973

Revoir Nywu dans de pareilles circonstances m'a beaucoup inquiétée. Son poignet était cassé, des bandages lui recouvraient la tête et le ventre. Les Oühray n'y sont pas allés de main morte. Je suis cependant rassurée qu'elle ait été soignée. Les Boucaniers ne sont pas aussi terribles qu'on semble le dire, en réalité. Gihibée, Edvat et Méta m'ont l'air particulièrement sympathiques, même s'ils n'ont pas su que Nywu était Bananas.
La Vigie a confirmé les informations données par Koshimo. Escobar est seul maître à bord, et l'équipage ne le suit que par crainte. Il sera bientôt temps de mettre mon plan à exécution, aucune erreur ne me sera permise. Il est grand temps que cette fichue guerre cesse enfin.

Le sort des Oühray s'annonce funeste... ils doivent sans doute se croire intouchables à cause du conflit avec les Boucaniers, mais une fois ce conflit désamorcé, je m'arrangerai pour qu'ils deviennent notre cible principale. Ces imbéciles se sont crus malins de part leur trahison, mais ils verront bien ce qu'il en coûte de se moquer des Bananas. Quant à Chay, je lui ferai certainement subir ce que j'ai prévu de faire à ce chienchien de Lysandder, après l'avoir écouté se défendre. En tout cas, il ne s'en tirera pas comme ça. Les traîtres doivent payer.

Le Second leva les yeux de son carnet en observant le soleil déclinant peu à peu à l'horizon, teintant toute Sufokia de lumières orangées. Les couchers de soleil de la nation étaient certainement les plus beaux qu'il lui ait été donné de contempler, et elle ne se lassait guère de ce spectacle quotidien. Oui, les traîtres allaient payer le prix de leur affront. Il ne lui restait qu'à attendre de trouver un Boucanier pour en découdre avec Escobar une bonne fois pour toutes. Et cette fois, elle lui tiendrait tête. Elle ne plierait pas. Pas cette fois.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Mer 13 Mai - 22:47

La veille, Chay s'était montré au Fort, infirme, la majeure partie du corps sous des bandages. Krystal n'avait jamais été aussi froide en l'apercevant, ce que certains Bananas n'ont pas manqué de relever. Le Second s'est approchée avec une lenteur calculée du traître, qui s'est montré insolent du début à la fin. Elle n'avait de toute manière jamais pu l'encadrer. La soirée s'est terminée sur une frayeur, l'affront de trop; le Pandawa croupit désormais ligoté dans les geôles du Fort Pirate.
La disciple du Grand Chronomaître a maintenant placé les premières pierres d'une contre-attaque face à Escobar. Sa rencontre avec Ellana fut une véritable aubaine, le moment de mettre son plan à exécution.

13 Maisial 973

Il est rare que je ne fasse pas les choses moi-même, mais cette fois-ci, c'est de circonstance. Ellana m'a convaincue d'avertir Escobar elle-même avant de m'envoyer face à lui. Elle est intelligente, elle trouvera un moyen de lui faire accepter ma venue... diplomatique. Je lui ai exposé mon point de vue sur la hiérarchie au sein d'un équipage, cela a l'air de l'avoir fait réfléchir sur la question. Le Second n'est pas aussi intouchable qu'il n'y paraît, cependant je dois me méfier de son chienchien de chasse qui rôde...
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Ven 15 Mai - 20:02

Décidément, les ennuis n'arrivent jamais seuls. Krystal se doutait bien que sa décision d'enfermer Chay en attendant de savoir ce qu'elle allait faire de lui ne resterait pas sans conséquences. Sa discussion avec Donquixote a confirmé ses doutes. Sam a su pour son cousin, et il n'est pas content. Chose étonnante au vu des dires de Chay à son égard, mais le Second commence de plus en plus à imaginer que le Pandawa leur a menti sur toute la ligne et n'a cherché qu'à se défendre. Au lieu de ça, son équipage crédule l'a libéré sans la consulter, et elle se fera une joie de les rappeler une fois de plus à l'ordre... il ne manquait plus que ça pour compléter le tableau. Reste à espérer qu'Ellana ne fasse pas d'entourloupe et se conforme à ce qu'elle et Krystal avaient convenu.


15 Maisial 973

Je commence à avoir l'habitude des menaces, que les décisions que je prends me retombent dessus. Mais de là à ce que Donquixote ose venir me faire la morale... Ce tocard se croit vraiment tout permis, juste parce qu'il a de "bons amis". Notre conversation en Astrub n'a pas été bien longue, mais chargée de reproches. On contredit mes ordres directs, maintenant. Je vais vraiment finir par devoir changer de méthode et adopter celle d'Escobar... Là, ils pourront me comparer à lui.
Mais je ne suis pas cruelle, et je n'ai aucune envie de pendre les Bananas par les pieds jusqu'à-ce que leur cerveau soit suffisamment irrigué pour fonctionner à l'endroit. Don' et d'autres pensent que je suis une idiote. L'idiote a tout de même assez de jugeote pour tenir sa place de Second et gérer l'équipage, même en l'absence d'Isho. Et à l'issue de cette guerre, nous verrons bien qui de nous est l'idiot...
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Sam 16 Mai - 12:42

C'est quand on parle du chienchien qu'on en voit le canon. Krystal avait passé un bon moment en compagnie de son neveu, Ankouh, et du fils adoptif de ce dernier, Marko. L'esprit de la jeune femme était serein - et ça ne lui était pas arrivé depuis longtemps - lorsqu'elle reçut un tofu avec un message urgent ; le Fort Pirate est attaqué, Shakila a envoyé un appel au secours. Le Second n'a eu que le temps d'intercepter Nywu qui se trouvait là et de se rendre au Fort instantanément grâce à une de ces potions de rappel dégueulasses. A peine arrivées que les deux jeunes femmes se mirent à courir en direction de la Jungle.

La situation était déjà hors de contrôle lorsque la Vigie et le Second trouvèrent Shakila, restée en retrait à cause de sa grossesse. La jungle n'était plus qu'un amas de feuilles noirâtres à peine distinguable au milieu d'une fumée âcre à la couleur soufrée et du vacarme incessant des coups de feu et des explosions. Ni une, ni deux, Krystal entraîna Nywu à l'intérieur de la forêt jadis luxuriante. Elles retrouvèrent un Sonnay ensanglanté qui tirait au milieu des feuilles, une Riya impuissante et une Nova qui faisait exploser tout ce qui bougeait. Le Second reconnu la voix de Lysandder, et plaqua la Vigie au sol juste à temps pour éviter un tir qui leur était destiné. La situation était critique, le chienchien de chasse d'Escobar était à leurs portes et bien que seul, il prenait l'avantage.
Silencieusement, Krystal couru d'aloa en aloa et remercia silencieusement Isho d'avoir planté ces arbustes salutaires. Elle n'était plus qu'à quelques kamètres du tireur, suivie de près par Nywu. Et puis d'un coup, le Second dégaina son premier couteau de lancer, qu'elle balança en direction de Lysandder, tandis que Nywu se jetait sur lui de façon parfaitement synchrone. Le couteau se planta dans le mollet du tireur, qui s'effondra lorsque Nywu bondit sur lui, mais la disciple d'Écaflip fut éjectée. Le tireur rechargeait tandis que Sonnay arrivait à court de munitions. Krystal ordonna d'un geste au Pandawa de cesser de tirer... il pouvait blesser Nywu. Alors la disciple de Xélor téléporta la jeune femme près d'elle avant de l'éloigner en rampant, tandis que Sonnay vidait son chargeur sur le tireur.

Une fois la Vigie en sécurité, et Riya qui accourait pour la soigner, Krystal profita que Lysandder soit toujours au sol pour bondir sur lui en dégainant sa dague. Elle posa son genoux sur son plexus et sa dague contre sa gorge. Le tireur était enfin immobilisé. Aussitôt, les bruits de la jungle cessèrent tandis que les Bananas s'approchaient, pour la plupart couverts de sang. Il était temps de l'interroger.

16 Maisial 973

Et dire que nous avons failli perdre des hommes hier soir... tout ça à cause de ce maudit chienchien de chasse qui avait retrouvé notre trace. L'interrogatoire ne fut guère fructueux. Soit c'est moi qui n'ait aucune autorité, soit c'est eux qui se paient systématiquement ma tête...
Lysandder disait qu'il ne travaillait plus pour Escobar, Nywu criait que c'est faux. Il disait qu'il ne faisait que se balader, j'ai crié que c'était faux. Tout le monde connaît l'emplacement du Fort Pirate, le blason est cousu sur d'immenses banderoles à l'entrée, personne ne se promène armé jusqu'aux dents. Sauf lui. Il a mentionné la belle Riya d'une façon tout à fait tendancieuse. Je l'ai frappé une première fois. Il continuait à me raconter les mêmes mensonges sur les raisons de sa présence ici. Je l'ai frappé une seconde fois.

Puis, Sonnay est arrivé, son pistolet à la main. Il a pointé Lysandder et a tiré dans sa cuisse. A bout portant. Une giclée de sang m'éclaboussa. Le tireur hurlait et se débattait tandis que je tentais de le maîtriser tant bien que mal. Même ainsi, il continuait à faire le malin. Et Xélor sait à quel point j'ai horreur des types comme lui. J'ai planté ma dague à côté de sa tête pour avoir les mains libres, puis j'ai posé ma paume sur son front.
"Tu nous a fait perdre notre temps, laisse-moi prendre le tien.
- Djaul a volé un mois à Xélor, et toi t'veux m'voler du temps ? Ne m'fais pas rire !"
Et pourtant. Il n'a pas rigolé du tout lorsqu'il a senti le temps se dilater et ses années fondre comme neige au soleil. J'ai pris plaisir à voir ses cheveux grisonner et son visage gagner en maturité, je l'avoue. J'ai confiné les années de sa vie volées dans une montre à gousset. Quinze ans. C'est pour tout ce qu'il nous a fait, et surtout pour ce qu'il a fait subir à Riya. Il m'a craché dessus, m'a insultée, m'a traitée d'Escobar. Qu'il continue, et il mourra prématurément. Je n'aurai qu'à briser cette petite montre. J'ai été tentée de lui demander d'éliminer Don' et Sam, mais jamais il ne travaillera pour moi, le bougre.

Lysandder aura ma peau, c'est sûr. Mais bon, ils sont quatre à vouloir me tuer. Je commence à m'y habituer. Et j'ai les moyens de tous les faire tomber d'un seul coup. Le chienchien de chasse marchera avec une canne pendant un bon moment, en tout cas... du moins, s'il parvient à sortir de la jungle et à survivre à ses blessures.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Lun 18 Mai - 19:55

Les jours qui vinrent eurent tôt fait d'achever le moral et l'énergie de Krystal. Les Bananas venaient d'essuyer une terrible attaque de Donquixote qui, seul contre tous, avait pourtant réussi à tous les blesser grièvement. La disciple de Xélor ne se souvenait que de bribes de ce jour fatidique où ce fils de catin avait attenté à sa vie par deux fois. Des coups de feu, des cris, des pleurs... Le sang des Bananas coulait, et elle demeurait faible et incapable de les sauver.
Elle le fit, cependant, uniquement grâce à l'énergie du désespoir qui l'animait ce soir-là. Une tentative contre la Mort elle-même. Défiant la Faucheuse et son propre état physique, Krystal alla jusqu'aux portes de son propre trépas en voulant sauver ses hommes. Elle entendait les cris de souffrance de Sonnay, les râles de Riya qui, les yeux exorbités et le souffle court, était étendue aux côtés de son âme sœur. Elle entendait les pleurs de Shakila, les hurlements de Timepeus, les protestations de Yépou. Puis tous ces bruits s'estompèrent, et ce fut le noir.

Lorsque la jeune femme se réveilla, le lendemain, elle était dans un état déplorable. Ses vêtements avaient brûlé ainsi que ses bandelettes, dénudant son bras gauche et le bas de sa cuisse, la peau mate sous les cicatrices ardentes et violacées que lui avaient causées les explosions. Ses poignets étaient enroulés dans des bandages immaculés, indiquant des blessures récentes. Son armure, pourtant résistante, s'était fissurée à de multiples endroits et demeurait inutilisable. Sa veste était maculée de sang. Son masque, elle ne le portait plus. Il s'était brisé, révélant aux yeux de tous son visage aux traits fins et son regard si étrange, si particulier. Mais ce qui frappait ceux qui la regardaient, c'étaient les cheveux de la demoiselle. Auparavant d'un noir de jais, ils s'étaient intégralement décolorés, devenant alors blancs comme neige.
Krystal était désemparée. Tous avaient souffert le martyr sous ses yeux, et elle avait été victime d'un choc émotionnel assez important pour en ressentir des changements physiques. Un comble, pour quelqu'un censé être sans émotions apparentes, comme le veut si bien le culte du Dieu Sans Visage. Rien ne pouvait arriver de pire.
Et puis, dans la soirée, un singulier personnage se présenta aux portes du Fort Pirate. Une personne que Krystal ne connaissait que trop bien, mais qui n'avait pas donné de signe de vie depuis des mois... Caelius était de retour.

18 Maisial 973

La fin est proche. Je la sens venir tout comme je sens le vent effleurer mon visage. L'équipage est affaibli. Nous sommes vulnérables. Et je suis seule...
Sans mes hommes, je ne suis rien. Ils sont blessés, frustrés, en colère, apeurés. La présence d'Isho se fait sentir, lui qui savait motiver les troupes mieux que quiconque... Mes tentatives restent vaines. Le moral des Bananas est fragile, par les temps qui courent. Me voir menacée de mort ne les a pas aidés. Me voir mourir ne les aideront pas. Et pourtant... j'ai failli mourir sous leurs yeux. Et le sort s'acharne contre moi.


Le seul rayon de soleil dans ma vie, c'est ma famille. Ankouh, Emy, Caelius... j'ai été si heureuse lorsque je les ai revus, si légère, si... paisible.
Paisible. Un mot qui m'avait abandonnée il y a fort longtemps.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Temporalité d'un carnet intemporel

Message  Invité le Lun 22 Juin - 13:39

Le carnet de Krystal Zeklox a été laissé sur le comptoir du Hall de Guilde, à la vue de tous, ouvert à la page du 22 Juinssidor 973.


22 Juinssidor 973

C'est une page qui se tourne, une nouvelle aube se lève. L'équipage m'en veut certainement, mais ma décision est sans appel. La prendre a ajouté une douleur supplémentaire dans mon cœur déjà bien meurtri.
J'ai perdu un enfant ainsi que mon père. Assassinés par l'un des cousins de Caelius, symbole d'une vengeance tardive et terrible, ces gens qui nous reprochaient l'unique fait d'être acteurs dans la piraterie. Après avoir perdu ma fille, je n'ai plus le cœur à jouer avec la vie des autres. Je ne peux plus diriger un équipage. Pour ces raisons, et pour assurer la survie de mon unique fils restant, j'ai décidé de me ranger de la piraterie.

J'ai été accusée de vous abandonner, vous avez enchaîné des réactions plus stupides les unes que les autres. Donner votre vie pour une cause perdue ? Balivernes, vous ne serez plus utiles à personne une fois morts. Vous comptez vous attaquer à de puissants mages de front, aveuglés par votre colère de m'avoir perdue. C'est le genre de ioperies qui causera votre perte à tous, et croyez-moi que c'est là la dernière chose que je veux. Vous avez refusé de m'écouter sur le moment, mais je suis certaine que vous serez malgré tout capables de réfléchir posément sur ce que je vous ai donné avant mon départ.
Chaque indication que vous avez entendue, libre à vous d'en tenir compte ou non. Mais je vous ai donné toutes les cartes pour que l'équipage continue à subsister le temps que vous retrouviez Isho. Le reste ne dépend que de vous.

Ce n'est qu'un au revoir.

Krystal Zeklox
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum